Partagez | 
 

 Cless | 100%~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cless
Symphonie des Mers


Messages : 15
Date d'inscription : 21/03/2012

Petites pensées et rêveries distraites
Ceux qui ont croisé ta route:
Ce que tu as sur toi:
Ton rêve préféré:

MessageSujet: Cless | 100%~   Mer 21 Mar - 18:22

  • FICHE DE Cless



~> Ton vrai nom de famille & prénom : Clint Larsen
~> Ton nom/surnom à Dreamland : Cless

~> Fille ou garçon ? Garçon
~> Ton âge : Peut-être 19 ans
~> Lieu de naissance : Danemark

~> Le groupe auquel tu appartiens à Dreamland : Pirates renégats
~> Ton futur rang : Symphonie des Mers


  • FAIS-NOUS VOIR TA FIGURE :



~> Ton apparence physique : Au premier regard, on jurerait qu’il y a un détail, un élément particulier et précis qui donne à l’apparence de Cless quelque chose de sauvage, peut-être provocant. Serait-ce sa chevelure fine, d’un noir aux reflets bleuâtres, qui lui mange le visage lorsqu’il ne la noue pas sur sa nuque, ou peut-être son sourire carnassier qui aime gagner ses lèvres pâles? Si cela n’avait été de ce brin de sauvagerie qui règne dans sa démarche, Cless aurait su entrer dans une moyenne respectable, étant de grandeur moyenne – du moins si on ne le trouve pas légèrement trop grand – et d’une carrure normale pour un garçon de son âge. Ses muscles ont commencé à se développer il y a quelques années déjà, bien que sa silhouette garde une apparence svelte. Une peau relativement pâle, sur laquelle se démarquent un regard ambré qui, depuis deux ou trois ans, a commencé à pâlir pour atteindre un jaune doré tout sauf rassurant, voire même animal. C’est en plongeant dans ses yeux légèrement étirés que l’on commence à comprendre d’où lui vient cet aura de férocité. Des yeux pénétrants et vifs… Et cette tâche écarlate qui s’est développée sur sa gorge, jusqu’à déborder sur son visage fin, sa texture légèrement plus satinée que celle de sa peau ne rappelle-t-elle pas celle des écailles? Puis ses ongles… un éclat doré les dévore, eux qui sont dures et dont l’extrémité devient de plus en plus tranchante. Sa dentition autrefois régulière prend désormais une apparence patibulaire malgré une blancheur impeccable; quelque fois un filet de sang glisse sur ses lèvres lorsque sa langue frôle avec un peu trop de vigueur ses canines pointues rappelant celle des monstres des mers. Un monstre. Voilà qui pourrait bien le décrire. Et il se plaît à jouer avec ses caractéristiques peu humaines pour effrayer! Pourtant c’est un prétexte pour voiler un certain complexe qu’il préfère assourdir. Après tout, il n’y a rien de rationnellement rassurant à se transformer progressivement en un monstre marin, surtout quand on ne sait jusqu’où ça peut aller.

~> Ta tenue vestimentaire favorite : Une tenue légère et pratique, lui permettant mouvements rapides et précis tout en gardant une certaine élégance. Pour couvrir ses jambes, un pantalon de toile fera l’affaire, dont les teintes varient du blanc au noir en passant par le brun, tout en gardant habituellement un goût pour les couleurs les plus foncées. À sa ceinture, il porte toujours deux couteaux, dont un qui ressemble à un coupe-papier. Des bottes brunes lui couvrant les mollets lui font office de souliers. Pour ce qui est du haut, il se contente habituellement d’une chemise souvent ample, blanche ou noire, dont il retrousse les manches. Un bracelet de cordes noires orne son poignet gauche, et il lui arrive de porter un bandana uni qu’il noue à sa tête pour en recouvrir le dessus, mais il s’agit souvent des seuls artifices qu’il s’autorise – à moins que le bandana ne soit là que pour le protéger du soleil.



  • QUEL CARACTÈRE !



~> Caractère de ton personnage : Cless a une tendance très naturelle à être désagréable avec autrui. Il a cette façon d’être provocant en manipulant le sarcasme pour vous le jeter au visage... Cynique peut-être, mais n’allez pas croire cependant qu’il ait un mauvais fond. Il a certainement tendance à offenser par sa manière crue de déballer ses paroles, mais il n’est pas un être fondamentalement méchant, ni atteint de démence. Il est peut-être légèrement déséquilibré, et s’il lui arrive de faire preuve de violence dans ses paroles, il le peut physiquement également, retenant rarement ses poings si on ose s’y opposer. Mais il faut le connaître pour le comprendre… C’est son caractère. S’il vous offense, il n’en a peut-être même pas conscience, et peut-être ira-t-il jusqu’à s’excuser si vous le lui faites remarquer. Sarcastiquement ou pas, dépendant de s’il vous apprécie ou non.
Malgré ce côté sauvage auquel on se frappe lors d’une première rencontre, Cless n’est pas un être nécessairement agressif. Au-delà de sa tendance à vous faire rager ou à vous déstabiliser, il s’agit d’un être curieux et intelligent. C’est sa soif de connaissances qui guide son goût pour l’aventure et pour rien au monde il ne cesserait de suivre cet instinct. Il parle rarement pour ne rien dire, mais il écoute beaucoup, et c’est cette capacité qui lui permet de donner des conseils à autrui, sans arrière-pensée.
Sa démarche et sa façon d’agir peuvent certainement faire penser qu’il est insouciant par rapport à ceux qui l’entourent. Il est moqueur, semble ne pas vous prendre au sérieux, vous ignore. Mais c’est en le considérant comme son égal qu’on apprend à connaître une personne apte à faire preuve de sensibilité. On en douterait pourtant, mais lorsque vous lui plaisez et qu’il vous considère comme son allier, c’est un bon ami. Il ne laisse pas tomber ceux qui lui tiennent et serait prêt à sacrifier beaucoup de choses pour aider les siens, même s’il ne l’avouera pas, ni ne le montrera dans son comportement.
Pour certaines autres personnes pourtant il est différent. Lorsqu’il vous accorde l’intégrité de son respect, tel qu’il le fait pour Mock, son côté offensif tend à disparaître complètement, et il devient alors une toute autre personne. Mais rares sont ceux qui ont l’occasion d’en profiter.

~> Ses goûts : Cless adore s’égarer vers les profondeurs d’Abyss. Bon nageur, il aime défier ses capacités pour explorer ce qu’il ne connaît pas. L’aventure et la liberté sont deux choses très importantes pour lui, indubitablement, et c’est lorsqu’il se perd dans les vagues de la mer qu’il peut les ressentir à pleine capacité.
Pour le reste, ce qu’il aime, ce qu’il n’aime pas… c’est très large. Il aime la mer, bien manger, dormir plus de 10 heures consécutives, naviguer auprès de l’équipage du Gryffon, regarder les rayons du soleil jouer dans les vagues…
Il n’aime pas les températures trop froides, ceux qui sont arrogants sans avoir de raison de l’être, le Conteur, se couper accidentellement la langue à cause de sa dentition tranchante, ceux qui le prennent pour un monstre, le bruit…

~> Son ou ses buts : Comme tous les pirates ou presque, Cless souhaite découvrir le Cœur des rêves pour en exploiter son pouvoir. Posséder ce monde onirique lui semble l’issue la plus attrayante à Dreamland. Rester un enfant toute sa vie ne l’inspire guère, et retrouver la réalité d’autrefois ne lui dit vraiment rien : il garde très peu de mémoires de son passé dans la réalité, et les quelques brides qui refont parfois surface ne sont que rarement plaisantes.
Son objectif principal reste donc le Cœur de Dreamland, sans compter le fait de suivre Mock dans ses aventures de piraterie.



  • RACONTE-NOUS TON HISTOIRE :



« C’est un problème neurologique. Nous ne connaissons pas encore ses origines précises, mais il semble que les synapses n’ont pas lieu correctement entre les divers neurones du corps de votre fils, notamment ceux qui innervent ses membres inférieurs… ses neurotransmetteurs se perdent, ou alors quelque chose les empêche de transmettre les messages appropriés par rapport aux influx… Enfin, ce que j’essaie de vous dire, M. Larsen, c’est que votre fils ne pourra plus faire usage de ses jambes. Je suis désolé. »

Un choc. Un peu comme si la terre avait rompu son cycle de rotations interminable, le silence se mit à germer dans la chambre de Clint Larsen. Subséquemment au diagnostic, le garçon de huit ans fut ligoté à son lit durant une partie considérable de son enfance. À cet âge-là, les garçons ça courraient, ça se lançaient un ballon, ça se chamaillaient, ça riaient… Mais il était difficile de rire lorsque les premiers et les derniers mots que l’on entendait chaque jour se résumaient à un nombre de médicaments qui se plaisait à varier… Certes, ses parents lui rendaient visite. Mais ils avaient du travail, et s’occuper d’un enfant malade, ce n’était pas toujours facile…

Évidemment il y avait Helena. La seule véritable touche colorée dans son univers sédentaire et morne, la seule qui ne l’avait pas oublié suite à sa maladie. Grâce à elle, tout était tellement différent. Ses rideaux gris prenaient une teinte orangée aux arabesques d’or quand elle était là, et sur ses murs blancs s’écrivait une histoire issue de leur imagination, un récit qui évoluait à chacune de leurs rencontres. S’il avait eu le choix entre Helena et ses jambes, Clint aurait choisi Helena, sans hésitation. Ou presque.
Mais un jour elle finit par disparaître, elle aussi. Elle n’était pas folle pourtant. Clint le savait, il la connaissait mieux que n’importe qui. Pourtant ils la lui ont arrachée. Il s’y était opposé, mais à dix ans, notre pouvoir est très restreint par ce stade que l’on appelle l’enfance. Une malédiction. Son monde redevint terne et l’histoire sur ses murs se mit à pâlir jusqu’à disparaître loin dans sa mémoire.

Mais un jour qu’il observât les nuages dans un jardin du voisin, assis dans son fauteuil roulant, une petite bestiole vint se poser sur son genou malade. C’était étonnant. Des papillons aussi jolis, il n’en avait jamais vu que dans ses livres d’images ou dans les contes qu’il se narrait en compagnie d’Helena. Ses ailes lui semblaient caressables, et il fut tenté d’y tendre la main…
Un battement de couleurs! Joueur, il s’envola, virevoltant à quelques mètres de là. « Allez, viens! Attrape-moi », semblait-il lui dire. Il hésita, et les ailes de la bestiole semblèrent redoubler d’ardeur. « Qu’est-ce que tu attends? »
Attraper les roues du fauteuil, partir à sa poursuite. Un drôle de coquin, cet insecte-là! Il semblait le taquiner, l’inviter à prendre part à sa folie. Il lui faisait penser à son amie qui n’était plus là… Mais il était rapide, le papillon! Bientôt, Clint eut besoin de ses jambes pour le rattraper. Un sourire s’était peint sur ses lèvres, et tant il s’amusait, il ne remarqua pas immédiatement que ce n’était plus ses roues qui roulaient, mais ses pieds qui courraient…
Il n’était plus au Danemark.

* * *

Son nom? À peine avait-il franchit ses lèvres gercées, il semblait l’avoir oublié. Mais qu’importe… puisque cet endroit valait tellement mieux qu’un prénom! Des couleurs, des jouets, des enfants partout. Chaque paysage était une hyperbole, et la vie était devenue une métaphore. Cless, de son nouveau nom, avait du mal à écouter les paroles du Conteur. Comment ne pas se laisser distraire par ce petit paradis? Il était si beau qu’il ressemblait à un rêve… Y rester? La question n’était même pas à poser. Debout sur ses jambes, entouré de l’incarnation pure de la joie enfantine, il était prêt à l’aventure. Ce monde serait le sien.
Pourtant il eut quelques pensées pour Helena. Le monde était beau, et il pouvait marcher et courir, comme avant. Même ses muscles qui étaient autrefois chétifs avait repris leur allure normale, et comme avant, il ressemblait à un enfant en santé. Un portrait presque parfait… seulement, elle n’était pas là, et peu à peu, son image s’effaça de ses souvenirs tout comme son rire cristallin, et pour le remplacer s’installa dans sa tête l’ombre d’un souvenir mesquin qui le tenaillait dans ses temps libre. On la lui avait arrachée. Qui déjà? Il ne s’en souvenait pas.

La maison de poupées fut son abri longtemps. Il y dépensa de nombreux sourires dans les premiers temps, mais il vint à s’ennuyer. Il rêvait d’une aventure, et pourtant à peine l’avait-il commencée qu’elle semblait être terminée. Visitée la demeure enfantine était agréable dans les premiers temps, mais Cless la connaissait par cœur, et pour se désennuyer, il s’était mis à embêter les autres enfants, ou à leur glisser à l’oreille son goût pour l’aventure afin de leur transmettre et de répandre son envie de voyager pour en découvrir davantage. Sortir de la maison de poupées… c’était nécessaire. Pour lui, pour eux, pour tous.
Pourtant le Conteur n’était pas enclin à cette idée. Cless devint agressif, et il dut se confronter à un regard qu’il n’apprécia pas chez le Conteur. Un gouffre. Un véritable gouffre scabreux. Fuir.

Courir. Courir toujours plus vite, jusqu’à disparaître. Combien de temps il courut? Il avait oublié. Courir, près de la forêt, sans toutefois y pénétrer; elle était dense et s’y perdre serait trop facile, il ne la connaissait guère. S’enfuir alors, voir au loin un parc d’attraction. L’ignorer toutefois, parce que chaque manège était un cercle vicieux qui l’empêcherait d’avancer. Un livre! Ciel, il tournait la page… bifurquer vers la droite, se retrouver sur ce qui semblait être un pont, une carte. Un quatre de trèfle, il s’en rappelait très bien. Pourtant, en faisant un pas de plus, le morceau de carton aux coins abîmés se mit à trembler, et il perdit l’équilibre. Il sombra. L’eau était froide et lui coupait le visage.

Enfin libre.

* * *

Il dût perdre connaissance. En ouvrant les yeux, un mal de tête le harcela et sa vue mit plusieurs secondes avant de bien vouloir s’éclaircir, s’adapter à un nouvel environnement. Nouvel environnement… des oiseaux, dispersés çà et là devant son regard endormi, venaient le taquiner en frôlant sa peau, lui fournissant quelques frissons. Telle une danse, leurs nageoires s’étendaient devant lui, tournoyant comme…
Des poissons. Il était dans l’eau. Il venait de sombrer.
Brusquement, alors que ses souvenirs lui revenaient – le regard du Conteur, la fuite, la chute –, il releva la tête et son corps. Un bateau. Un grand navire. Il était assis sur le pont d’un vaisseau qui lui semblait vide, peut-être abandonné – pourquoi diable aurait-on abandonné une telle merveille? En aiguisant néanmoins son regard, il remarqua qu’il n’était pas seul et qu’une femme le regardait de ses prunelles grises. Elle avait l’une de ces auras…

À la fin de sa chute vers Abyss, qu’il ne connaissait pas, le corps comateux de Cless se heurta au Gryffon. Ce fut pour lui l’occasion de rencontrer son capitaine pour la première fois. Mock était une femme imposante par son caractère flamboyant, quoique excentrique. Il n’eut pas l’occasion d’en découvrir toutes les facettes, mais il se doutait que cette femme était puissante, par sa simple personne ou par son rôle. Son intérêt avait été touché, mais il fut contraint de quitter le navire : le titre de passager clandestin n’était pas des plus flatteurs…
Cless erra plusieurs semaines dans la cité des pirates, où il entendit parler du Cœur de Dreamland, qui était l’objectif principal de l’équipage du Gryffon. Convoité par la majorité des habitants de ce monde onirique, cette destination mystérieuse était l’apogée d’une aventure qui ne faisait que commencer. Aventure… pour découvrir un monde qui serait le leur. Le sien.
Il voulut voir Mock une deuxième fois. Après plusieurs tentatives, il réussit à attirer son attention et il en profita pour ne lui faire qu’une seule demande : entrer dans son équipage.

Pirate renégat depuis plusieurs années, Cless est désormais un membre accompli de l’équipage du Gryffon. Ce chemin aventureux lui convient beaucoup mieux que la destinée sans fin que lui procurait la maison de poupées… Il porte un respect important pour son capitaine qui lui inspire une forte confiance malgré ses sautes d'humeurs qu'il préfère ignorer. Et la Mer... son plus grand allier. N'avait-il pas l'impression de la comprendre lorsque ses vagues immenses gémissaient dans la bruine?
Néanmoins, depuis presque trois ans, Cless est confronté à un fléau qu’il n’attendait pas. Il n’avait pas paniqué lorsqu’une tâche était apparue quelques centimètres au-dessus de sa clavicule gauche. D’un rouge vif, éclatant. Pourtant elle s’était mise à grandir au même rythme que sa dentition devenait tranchante, et ses ongles prenaient l’apparence d’écailles avec lesquels il lui arrivait de se couper… Son regard foncé était devenu d’un jaune bestial.

Il avait dû passer trop de temps à nager vers sa liberté près des profondeurs d’Abyss. Mais toute liberté a bien un prix, surtout celle que vous offre la Mer.



  • QUI SE CACHE DERRIERE CE MASQUE ?



~> Quel est ton nom/pseudo ? Who knows~

~> Ton âge ? 19 ans

~> Comment as-tu découvert La Mélodie des Rêves ? De partenaires en partenaires

~> Un petit commentaire ? Sincèrement, je pense que votre forum a du potentiel. Le contexte est vraiment intéressant et l’univers que vous avez créé a quelque chose de très attirant, soutenu par le design qui donne bien l’ambiance. Manque de clarté au niveau de la page d’accueil selon moi, mais le reste compense de loin ;)

~> Code du règlement :
[Code Validé par Le Conteur~]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Conteur
L'Enfant Papillon

avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 15/06/2011
Age : 21
Où es-tu ? : Dans ma chambre... Jolie chambre....

Petites pensées et rêveries distraites
Ceux qui ont croisé ta route:
Ce que tu as sur toi:
Ton rêve préféré:

MessageSujet: Re: Cless | 100%~   Sam 24 Mar - 21:08

Un pirate de plus! Et gamin de plus qui m'a filé entre les griffes pour aller rejoindre ces horribles pirates qui rot*sbim*

Tu es validé, même si tu m'a laissé tout seul toi aussi. =x= Bon jeu! ^^


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Cless | 100%~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Techniques de Cless Cottel.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Mélodie des Rêves :: Faisons connaissance ! :: Dis-moi qui tu es ! :: Fiches acceptées-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit